Des projets documentaires

IQUO est une structure associative rassemblant des actrices et acteurs d’horizons divers autour de la création de projets documentaires. Elle est née d’un constat de ses membres fondateur·trice·s, celui de la nécessité de s’organiser collectivement pour mettre en place leurs propres moyens de production. Par la mise en commun des compétences et des moyens d’expression de ses membres, l’association se présente comme un outil de création et de production. À la croisée du social, du culturel, et de l’artistique, les projets portés par IQUO ont en commun la volonté d’extraire des récits du réel.

Des contributeur·rice·s

Camille Lassegue

Présidente

Camille est doctorante en anthropologie. Ses recherches portent sur les “lieux refuges” : espaces d’habiter, de revendication et de construction d’une place dans la ville. Elle s’intéresse notamment à l’articulation entre ses pratiques d’habitat et la construction d’une mémoire urbaine. Elle utilise le medium photographique et vidéo dans une démarche collaborative. Par cette approche elle vise à donner la parole pour légitimer la présence d’une population souvent invisibilisée.

Co-fondatrice

Kenia photographie depuis son enfance. Elle s’est formée à l’université Lyon 2 et en autodidacte. Elle pratique à la fois la photographie de reportage en immersion auprès de ses sujets ainsi que différentes techniques de procédés anciens. En parallèle de sa pratique photographique, elle a enseigné ce medium à l’université, et a travaillé auprès d’un public de demandeurs d’asile et réfugiés. Elle anime depuis 2 ans des ateliers en France et à l’étranger dans des milieux exclus de l’offre culturelle, en alliant la photographie à d’autres pratiques.

Co-fondateur

Benoît a grandi loin de l’agitation des villes dans un hameau d’une trentaine d’habitants. Ses études en sciences humaines le familiarisent avec des concepts sociologiques clés qu’il développe dans son travail photographique. Son parcours l’amène à développer un propos centré sur les questions d’habitat, d’aménagement du territoire, de marginalité et d’inégalités. Il a été formateur de langue française et d’insertion professionnelle pendant 3 ans.